La connaissance, c'est un progrès?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La connaissance, c'est un progrès?

Message par M'enfin le Lun 17 Déc - 16:08

Bienvenue dans cette discussion.

Depuis que notre espèce est apparue, chacun de nous cherche constamment à améliorer son sort, ce qui force l'humanité à progresser malgré elle à un rythme accéléré. Je dis malgré elle parce que, selon moi, rien ne régule pour l'instant cette propension, ni chez nos organisations, ni chez chacun de nous. La seule chose que l'on sache réguler, ce sont nos manières de fonctionner ensembles, et c'est justement ce qui nous permet de progresser si rapidement. On est capables de s'entendre pour progresser, mais non pour ralentir pourtant, une des manières d'améliorer le sort de la planète serait effectivement de ralentir la croissance.

Même si je ne déplace pas beaucoup d'air présentement, j'aime ce que je fais, et si on me demandait de me restreindre, je résisterait beaucoup, car je craindrais de m'ennuyer. Quand un animal a satisfait ses besoins primaires, il ne s'ennuie pas car il s'endort mais, dès qu'ils en ont le temps, les humains ne peuvent pas s'empêcher de penser, et à quoi pense-t-on sans rien faire sinon à ce qui pourrait nous arriver. À l'âge que j'ai, ce qui me pousse à développer ma thèse, c'est principalement le plaisir d'imaginer qu'elle risque de profiter à tous et, si j'extrapole à peine, c'est ce plaisir qui nous motiverait tous, et c'est de notre imagination dont il serait question. Voici donc ce que je pense du rapport entre cette faculté et notre propension à l'insatisfaction.

Avec la Reptation, personne ne peut prévoir l’avenir, mais seulement imaginer un futur geste au cas où il fonctionnerait. Pour s’adapter au changement, mon imagination modifierait virtuellement au hasard la partie d’un geste qui ne fonctionne plus très bien jusqu’à ce qu’elle perçoive une sensation agréable, une intuition, puis elle exécuterait ce nouveau geste pour pouvoir en comparer la sensation réelle à celle qu’elle vient d’imaginer. Une coïncidence des deux sensations l’inviterait à réitérer le geste et, si elle le réitérait suffisamment souvent, elle finirait par l’automatiser, de sorte qu’elle n’aurait ainsi plus besoin de l’imaginer avant de l’effectuer.

Sa fonction serait donc double : en premier lieu, elle aurait la capacité de faire des modifications virtuelles au hasard sur un ancien geste, d’où l’image virtuelle du futur geste et son impression de pouvoir le prévoir puis, en deuxième lieu, dès qu’une modification semblerait fonctionner virtuellement, elle pourrait l’exécuter concrètement pour la vérifier, mais elle ne pourrait rien vérifier si son milieu changeait entre chaque tentative, voilà pourquoi elle se tromperait si souvent quand la réponse à ses tentatives prendrait trop de temps à se manifester soit, quand elle s’engagerait dans un futur trop lointain.

Imaginer l'avenir nous permettrait donc d'apprendre, mais aussi de voir le temps passer, d'où l'ennui propre à l'humain et cette curieuse impression de pouvoir améliorer son sort en l'imaginant d'avance alors que, selon moi, il nous serait absolument impossible de prévoir notre propre avenir s'il n'est pas tout près. C'est dans ce sens que je demandais si la connaissance était un progrès, car elle ne peut prévoir que ce qui est vérifiable maintenant, et l'avenir de l'humanité sera toujours trop lointain pour être vérifiable.
avatar
M'enfin
Admin

Messages : 44
Date d'inscription : 06/12/2012
Age : 71
Localisation : Val David, Québec

Voir le profil de l'utilisateur http://lareptation.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum