Les deux propriétés de la masse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les deux propriétés de la masse

Message par M'enfin le Lun 17 Déc - 11:13

J'ai développé ma thèse autour d'une idée très simple, celle selon laquelle la masse des particules viendrait de la résistance aux changements qui se produisent entre elles, changements qu'elles percevraient en comparant les impulsions lumineuses qu'elles émettent à celles qu'elles perçoivent. Pour ceux qui ne le savent pas encore, l'effet Doppler permet de comparer deux sources d'ondes entre elles à condition qu'elles soient de fréquence identique, qu'elles battent la même mesure. Si l'une d'elles s'approche ou s'éloigne de l'autre, elle s'approche ou s'éloigne des ondes de l'autre, et son mouvement accélère ou ralentit le rythme d'arrivée de ces ondes, mais aussi le rythme de départ de ses propres ondes. En comparant sa fréquence propre à la fréquence des ondes qu'elle perçoit, cette source peut donc déceler si elle s'approche ou s'éloigne de l'autre. C'est ce principe que les astrophysiciens utilisent pour savoir à quelle vitesse les étoiles s'approchent ou s'éloignent directement de nous: puisque les impulsions lumineuses d'atomes identiques ne varient pas avec le temps, ils peuvent comparer leurs impulsions alors qu'ils sont à des années lumière de distance.

En transposant ce principe à deux atomes d'une même molécule, j'ai réalisé que, s'ils devaient demeurer synchronisés entre eux pendant que je les déplace, ils seraient forcés d'accélérer et de décélérer à chacune des impulsions lumineuses perçues pour en annuler l'effet Doppler. Imaginez deux atomes côte à côte et poussez le premier venu directement vers le deuxième: puisque la lumière prendra nécessairement un certain temps pour traverser, le deuxième ne bougera pas tout de suite, mais quand l'effet Doppler l'atteindra, il se mettra à accélérer pour l'annuler. En accélérant, il produira lui aussi de l'effet Doppler et, quand cet effet aura traversé jusqu'au premier atome, il devra lui aussi accélérer pour l'annuler. Dès que j'ai imaginé ceci, j'ai compris que, si j'accélérais une molécule, ce mouvement de va et viens entre les atomes pourrait justifier son mouvement constant. Mais j'ai aussi compris qu'il pourrait justifier sa masse soit, sa résistance à ma poussée. En effet, dès que je tente de bouger le premier atome, je tente de le désynchroniser, et il devra résister à ma poussée pour tenter de garder son synchronisme.

Toutefois, j'ai vite réalisé que ce principe ne tenait plus pour un atome isolé, et que je devais l'appliquer à ses propres composants si je voulais justifier sa masse. Ainsi, pour ma molécule en mouvement constant, ses deux atomes effectueraient des accélérations de fréquence constante et identiques entre elles alors que, durant ce temps, leurs composants devraient accélérer des millions de fois les uns par aux autres pour justifier une seule des accélérations entre les atomes dont ils font partie. Curieusement, tout en conservant leur fréquence, les accélérations entre les composants ne seraient pas de même longueur: celles qui ont lieu alors que l'accélération entre les atomes passe par son maximum seraient nécessairement plus longues. C'est alors que je me suis demandé si, puisqu'il serait constant, cet inévitable décalage des accélérations entre les différentes échelles de reptation ne pourrait pas justifier l'accélération constante de la gravitation.
avatar
M'enfin
Admin

Messages : 44
Date d'inscription : 06/12/2012
Age : 71
Localisation : Val David, Québec

Voir le profil de l'utilisateur http://lareptation.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum